En bref

Réseaux électriques et thermiques

Centre Ecologique Albert Schweitzer, Institut SeSi

Elena-Lavinia Niederhäuser
Répertoire des compétences

A Madagascar, la majorité de la population, qui vit en zone rurale, n’a pas accès au réseau électrique et utilise des groupes électrogènes à essence alors même que le pays est riche en cours d’eau. Pour combattre cette hérésie le CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer) développe en collaboration avec la HEIA-FR des pico-centrales hydrauliques d’environ 3kW, pour alimenter en électricité les zones rurales.

Au départ, une hérésie

A Madagascar, la majorité de la population, qui vit en zone rurale, n’a pas accès au réseau électrique et utilise des groupes électrogènes à essence alors même que le pays est riche en cours d’eau.


Pour combattre cette hérésie le CEAS (Centre Ecologique Albert Schweitzer) développe en collaboration avec la Haute école d’ingénierie et d’architecture de Fribourg HEIA-FR des pico-centrales hydrauliques d’environ 3 kW, pour alimenter en électricité les zones rurales.

Sur la photo ci-dessous : le site d’Ambatolampy.

Pico-turbine

 

Garantir l’indépendance

La turbine, élément essentiel de la centrale, doit être adaptée à la technologie malgache: doit pouvoir être fabriqué et réparé sur place.

Une technologie de pointe au service de la simplicité

La HEIA utilise des moyens très sophistiqués, notamment des simulations d’écoulement et un banc d’essai, pour développer des turbines compatibles avec la technologie malgache sans sacrifier leur performance.

Pico-turbine

 

En 2017, la première pico-centrale

Un nouveau type de turbine développé à la HEIA-FR et fabriqué à Madagascar est installé sur un site de test grâce au CEAS.

 

Toutes les informations sur le poster du projet

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites. Lire les mentions légales